Lutter contre la contrefaçon grâce à une solution prometteuse faite de sable et de métal

Sand on a black background

L’Université danoise de Copenhague a récemment développé un système qui utilise des fonctions physiquement non duplicables (PUF), qui permet de lutter contre la contrefaçon de biens. Un modèle aléatoire et unique est appliqué aux produits pharmaceutiques, alimentaires, passeports, matériels électroniques, produits de luxe ou œuvres d’art.
Le système repose sur un marquage à base de sable : trois bacs de sable sont mélangés avec trois terres rares différentes (europium, terbium et dysprosium). Chacun de ces mélanges dispose d’une façon spécifique de réfléchir la lumière. Les grains de sable colorés sont alors versés dans un seul grand seau et mélangés. Ensuite, une bande tire des milliers de grains de sable hors du seau afin de former un motif unique. Ils peuvent alors être implantés dans le cuir, incorporés dans le verre ou coulés dans le métal. La taille des grains de sable les rend impossible à enlever individuellement et à réorganiser autrement.
Selon le professeur Thomas Just Sorensen, directeur de recherche au département de chimie de l’université de Copenhague : « le système est basé sur le hasard, ce qui le rend impossible à pirater ou à reproduire. Dès qu’un client demande à un revendeur agréé de vérifier une marchandise censée être marquée à l’aide du système […], le revendeur peut accéder à une base de données du fabricant pour vérifier son authenticité »1. Les résultats de la recherche ont été publiés dans la revue scientifique Science Advances.
Cette arme contre la contrefaçon devrait être mise sur le marché dans un an : l’université a fait breveter le système de sécurité et les chercheurs travaillent sur des solutions de numérisation qui permettront aux sociétés privées de l’utiliser. Il s’agit de plus d’un système peu coûteux, chaque marquage coûtant approximativement une couronne danoise (≈ 0,13 €).
 
Mettre fin aux contrefaçons : un défi de taille
Un tel système de marquage peut représenter une solution efficace à la contrefaçon. Les clients sont régulièrement escroqués si ce n’est mis en danger, et les entreprises font face à des pertes colossales. En 2015, l’administration douanière danoise (SKAT) a saisi un total de 51 021 objets contrefaits d’une valeur de 172 millions de couronnes (24 millions d’euros) lors des contrôles de sécurité effectués à l’aéroport de Copenhague. La valeur totale des objets saisis était presque cinq fois plus élevée qu’en combinant les années 2012 et 20132.
« Les importations de marchandises contrefaites et piratées représentent près d’un demi-billion de dollars par an, soit environ 2,5% des importations mondiales ; les marques américaines, italiennes et françaises étant les plus touchées et une grande partie des profits vont au crime organisé » selon le rapport de l’Office de la propriété intellectuelle de l’UE3.

« Special sand could be a new anticounterfeiting solution », Securingindustry.com, Janvier 2018.
2  « Copenhagen Airport confiscated over 50,000 counterfeit products », cphpost.dk, Juin 2016.
3  « Trade in Counterfeit and Pirated Goods: Mapping the Economic Impact », OCDE/EUIPO, 2016.

Be the first to comment on "Lutter contre la contrefaçon grâce à une solution prometteuse faite de sable et de métal"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*