Les États membres présenté des lignes directrices d’interopérabilité pour les applications de recherche des contacts approuvées dans l’UE.

Flag of European Union on German Reichstag building - Photo by Christian Lue on Unsplash

Les États membres de l’UE, avec le soutien de la Commission européenne, ont adopté des lignes directrices en matière d’interopérabilité pour les applications mobiles de recherche de contacts approuvées dans l’UE.

Il s’agit de la première action de suivi envisagée par la boîte à outils de l’Union pour l’utilisation d’applications mobiles permettant la recherche des contacts en réponse à la pandémie de coronavirus présentée le 16 avril 2020.


La plupart des États membres ont lancé ou prévoient de lancer une application mobile de recherche des contacts approuvée, nécessaire à leur stratégie nationale de gestion des crises COVID-19. Un principe clé des lignes directrices est que les utilisateurs doivent pouvoir compter sur une seule application, où qu’ils se trouvent dans l’UE à un moment donné. L’idée est d’empêcher la possibilité d’identifier les utilisateurs de l’application, qu’ils soient infectés, exposés ou autres, à moins que les personnes en question n’aient volontairement fourni cette information ou ne souhaitent contacter l’autorité sanitaire.


Quelle que soit l’approche adoptée pour les applications approuvées, tous les États membres et la Commission considèrent que l’interopérabilité entre ces applications et entre les systèmes dorsaux est essentielle pour que ces outils permettent de suivre les chaînes d’infection transfrontalières. À terme, cet effort soutiendra la levée progressive des contrôles aux frontières au sein de l’UE et le rétablissement de la liberté de circulation.
Les applications de recherche de contacts sont installées volontairement par les citoyens et sont basées sur la technologie de proximité Bluetooth qui ne permet pas de suivre la localisation des personnes. Ces applications alertent les personnes qui ont été à proximité d’une personne infectée pendant une certaine durée, afin de s’isoler et de se faire tester. Elles contribuent ainsi à interrompre la chaîne de transmission. Plus le contact est long et plus la personne infectée est proche, plus le risque d’infection est élevé. La vie privée et les données des utilisateurs de l’application seront protégées.

Prochaines étapes :

Les lignes directrices seront complétées par des spécifications d’interopérabilité pour les chaînes de transmission transfrontalières entre les applications approuvées. Ces spécifications seront étayées par des discussions structurées entre les États membres par l’intermédiaire du réseau de santé en ligne. Le travail des États membres pour développer et valider les applications sera soutenu par l’Internet de nouvelle génération et les communautés de la santé mobile.

Source : UE